ELivre Lire Après m'avoir fait tant mourir


O te et son amante mythiueSi vous aimez la mati re lacrymale lisez les po mes ui traitent de la torture de la mort entendez de la torture du po te et de sa mort comme par exemple dans ses Stances la torture du po te et de sa mort comme par exemple dans ses Stances frayeur de la mort branle le plus ferme Il est bien malais ue dans le d sespoir et proche de son terme L esprit soit apais Je dois dire u apr s le Lacrimosa de Mozart anachronisme oblige m me s il n est

PAS DE LUI JE DOIS DIRE 
de lui je dois dire la frayeur de la mort est bien m diocre La mort est l v nement majeur d une vie et m me si elle est le r sultat de je ne sais uelle torture elle est le point final et l l ment majeur d une vie En fait ce n est pas la mort dont il parle mais simplement de la souffrance ui la pr c de ue cette souffrance soit physiue ou morale voire mentaleEt sa fa on de toujours fuir le concret umain pour s enfermer dans le divin comme si la Saint Barth l my tait le fait d une d cision divine comme si Ravaillac tait le pion de Dieu comme si lui m me n tait ue la cible la victime la proie de ces sph res c lestes et non de multiples agents umains la fois pervers et politiues et m me politiues dans leurs perversions cette fuite en avant est d concertante Mais coutons un peu de ce d lire plus divinatoire ue divin Ah ue le c leste courrouxEtait bien embras sur nousLorsu il fit parler ses OraclesEt ue sans d tourner nos pasIl nous vit courir aux appasDe leurs pernicieux miracles Et je dois dire ue les notes de Jean Pierre Chauveau n aident pas toujours dans ces m taphores contourn es pour parler du r el politiue sans encourir la censure Le courroux c leste c est le Roi ou la R gente avec les Oracles ses Italiens et ses juges et loin de fuir ne voil t il pas ue les victimes se ruent vers les bonbons de cette justice vers les prisons et les salles de torture comme pour justifier de leur existence de leur v rit de leur tre dans la souffrance ue ces bonbons apportent des bonbons empoisonn s ui vous font mourir Volume ajoute plusieurs textes en prose en particulier des lettr. .
TELLEMENT MORBIDE UE CELA EN DEVIENT BURLESUEVoil un po te ui a certainement particip la construction du mythe du po te ui souffre et ue l on torture souffrance et torture tant des conditions sine ua non pour la valeur po tiue des po tes ainsi intronis s baptis s par le pus et le sang Sans vouloir psychanalyser Th ophile de Viau disons cependant ue dans une p riode de violence extr me et d absence de stabilit politiue et sociale il prend une position une attitude ue certains TELLEMENT MORBIDE UE CELA EN DEVIENT BURLESUEVoil un po te ui a certainement particip CELA EN DEVIENT BURLESUEVoil un po te ui a certainement particip construction du mythe du po te ui souffre et ue l on torture souffrance et torture tant des conditions sine ua non pour la valeur po tiue des po tes ainsi intronis s baptis s par le pus et le sang Sans vouloir psychanalyser Th ophile de Viau disons cependant ue dans une p riode de violence extr me et d absence de stabilit politiue et sociale il prend une position une attitude ue certains diraient ais ment autistiues certainement psychotiues Il d fend syst matiuement des positions ui sont non dominantes et m me non accept es dans sa soci t ambiante et les maintient contre vents et mar es contre s gr gation et prison contre soyez en s r *torture et pers cution Il s enveloppe dans la croyance ue ce u il dit est la * et pers cution Il s enveloppe dans la croyance ue ce u il dit est la rit et ue tout le monde devrait le reconnaitre et ue donc il est comme un proph te et il doit tre pers cut il doit tre crucifi il doit mourir de l assertion de ses v rit s popur u un monde nouveau puisse na tre Mythe Christiue s il en est unChaue strophe de chaue ode ou sonnet exprime de cent fa ons son d sir d tre autre et son acceptation ue pour tre autre il faut assumer ue l on vous en fera souffrir pour vous faire payer le prix de la diff rence et ue la mort u on dira pr coce en est le droit de passage mais de passage de l autre c t de la vie bien s r et en morceaux si n cessaires pour satisfaire les besoins sadiues des acteurs de cett. Pr sente un choix de po mes de ce po te uguenot du XVIIe si cle. E torture et msie mort grotesuesuand il uitte ce domaine de la pers cution il se laisse aller un bucolisme existentiel j entends u il peut d crire le monde naturel comme dans son ode Le Matin mais il ne tiendra ue deux strophes avant de s introduire dans le paysage sous une forme collective d abord La lune fuit devant NOS yeux mais moins de deux strophes plus loin il se positionne en plein centre JE vois le g n reux Lion et on peut se demander dans uel pays il est pour avoir un lion en libert De positionner ce JE en plein centre
DE LA NATURE REND CETTE NATURE 
la nature rend cette nature gocentr e et on perd la beaut m me de ce monde naturel ui avait commenc bucoliue et devient agricole avec charrue chanvre et rouet sans parler du m tier tisser sans cependant u il chante la beaut du travail umain et des inventions m caniues DE L HUMANIT CE N EST U UN D l umanit Ce n est u un d il finit avec une note si autocentr e u elle en prend une charge franchement gotiste Il r duit tout ce spectacle un lever de lui et d une certaine Phyllis femme plus mythiue dans sa po sie u autre chose et la nature est alors r duite aux lys et aux roses u il voit fleurir sur son visage entendons bien le blanc et le rouge de ce visage mais aussi les lys de son propres nom ou lis comme il les orthographe Notons ue c est une vision ui ante le po te une image m taphoriue d j employ e dans son texte Socrate o il la pose mais en ordre inverse du paysage au visage de Phyllis et non du visage de Phyllis au paysage Si je passe en un jardinage Sem de roses et de lis Il me ressouvient de Phyllis ui les as dessus son visage Socrate Il est jour levons nous Phyllis Allons notre jardinage Voit s il est comme ton visage Sem de roses et de lis Le matin Je dois dire ue cette gocentricisation de la nature travaill e par l omme plus ue naturelle me laisse un peu froid car cela d truit justement la beaut bucoliue naturelle et la r duit n tre u un cadre un environnement un d cor lui le Rest fid le jusu au bout ses convictions et ses engagements Le.
Singer in a Songless Land Seeds of Iniuity Vanities Deadly Curiosities Adventure 1500s Daimonic Reality Fallen
,

Read & Download Après m'avoir fait tant mourir

,
Après m'avoir fait tant mourir